13:56La déclaration de Great Barrington est signée par 40 000 professionnels de la santé. Ceux qui critiquent les mesures sont loin d’être des charlatans. C’est le gratin de la science mondiale. Des Prix Nobel, des anciens ministres ou directeurs de la santé, des députés… La fronde vient de Yale, Harvard, Standford, Barcelone, Carolinescamp, Oxford… La plupart relégués aux réseaux sociaux et aux médias alternatifs

Nous poursuivons notre galerie de portraits présentés dans le film. John Ioannidis, enseignant et chercheur à Standford, nous est présenté comme une de ces personnalités.

De fait, John Ioannidis a reçu de nombreux prix et nominations, mais depuis l’émergence de la pandémie, il y a de quoi s’interroger : What the heck happened to John Ioannidis? se demande un de ses admirateurs.

Un des articles les plus cités de John Ioannidis est “Why most published research findings are false” (2005). En décembre 2020, dans un long article,  Replicability-Index montre en quoi cette affirmation s’applique parfaitement à ses travaux : Ioannidis is Wrong Most of the Time .

Pour commencer, il faut mentionner que John Ioannidis a refusé de signer la Déclaration de Great Barrington, contrairement à ce que le documentaire laisse entendre. Cette erreur factuelle n’est pas très grave dans la mesure où il est vraisemblablement en phase avec le contenu de cette déclaration. En effet, dès le début de la pandémie, il s’oppose aux mesures de confinement, veut influençer D.Trump dans ce sens et estime (17/03/2020) que  cette épidémie, à comparer avec une grippe, ferait 10.000 morts aux USA.

Le 17/04/2020, il prépublie une étude dont il est co-auteur (COVID-19 Antibody Seroprevalence in Santa Clara County, California  – article qui sera finalement publié le 21/02/2021 ) “La plupart de la population ne court qu’un risque minime, de l’ordre de celui de mourir en conduisant de chez soi à son travail et vice-versa”, déclarait M. Ioannidis à l’émission Life, Liberty & Levin sur Fox News, quelques jours après cette pré-publication. Ses propos furent repris sur BuzzFeedNews qui révélera que l’étude avait été co-financée par David Neeleman, fondateur de plusieurs compagnies aériennes et ” fervent défenseur de l’idée que la pandémie n’est pas assez mortelle pour justifier le maintien des confinements”.

En janvier 2021, John Ioannidis publie une autre étude dans le European Journal of Clinical Investigation, journal dont il a précédemment été rédacteur en chef: Assessing mandatory stay‐at‐home and business closure effects on the spread of COVID‐19

L’article censé démontrer l’inefficacité des mesures de confinement pour lutter contre la pandémie, fut très rapidement démonté par  l’épidémiologiste Gideon Meyerowitz-Katz ( TwitterMedium) suivi par de nombreux scientifiques ( Pubpeer ), donna lieu à une réponse au même journal (accès payant) , on en trouvera un résumé en français ici. Quelle fut la réponse de John Ioannidis? Au grand étonnement de la communauté scientifique (exemple ), notre expert ne répond à aucun argument et émet des attaques ad hominem sur  son contradicteur (Reconciling estimates of global spread and infection fatality rates of COVID‐19: an overview of systematic evaluations – 26/03/21 / Réaction de Gideon Meyerowitz-Katz 28/03/21).

Grompf  & Brice VDB