Source – Twitter d’Olivier Klein

Thread. Quelques réflexions sur le documentaire “ceci n’est pas un complot”, qui vient de sortir (je vais étoffer petit à petit). A ne lire que si vous l’avez vu ou qu’on vous l’a envoyé 1/n

On est tout d’abord frappé par la différence avec Hold-Up. Pas d’effets musicaux ni de plans aériens. Non, ici, on va assister à la pandémie du point de vue du réalisateur, “citoyen lambda” qui regarde la télévision 2/n

Même si ça n’en fait certainement pas un documentaire complotiste, c’est là une figure commune du complotisme: le citoyen fait réfléchit “par lui-même” et ne se laisse pas berner par les médias. Voir à cet égard ceci 3/n:

Autre élément remarquable: les extraits sont peu situés temporellement. On ne sait pas quand les gens parlent. Par exemple, on voit le Professeur Laterre (apparemment en été) dans une USI vide…mais celle-ci sera pleine comme un oeuf lors de la seconde vague 4/n

On constate aussi que le réalisateur cherche à se distinguer des “complotistes” prenant comme exemple des cas relativement extrêmes (type #QANON) et opposant sa rationalité à l’irrationalité de ces individus. 5/n

Le téléspectateur peut donc être rassuré quant au fait que s’il adhère aux idées du documentaire, soit il n’est pas complotiste, soit on peut considérer qu’il est un complotiste qui s’assume, car il n’est qu’un citoyen engagé cherchant à identifier les rouages du système. 6/n

Comme de coutume, le documentaire accuse Bill Gates d’avoir instrumentalisé la pandémie (sans que l’auteur ne rende compte explicitement de ses motivation). Et comme Gates l’a fait ouvertement, ce n’est pas un secret, et donc pas un complot (d’où le titre) 7/n

Intéressant que les traitements alternatifs (HCQ, artemisia…) soient évoqués mais, plutôt que de montrer combien ils ont été discrédités, on insiste sur le fait qu’il n’y ait pas eu de débat en Belgique (-> on a voulu “étouffer” cela). 8/n

Contrairement à #Holdup, l’auteur interroge certaines personnes qu’on ne peut guère soupçonner de complotisme (@mariusgilbert , @JPJacqmin ….). Toutefois, il semble qu’on ne retient de leurs paroles que ce qui peut alimenter l’a thèse du film. 9/n

La thèse générale du film étant que le confinement est une décision politique injustifiée et restreignant de façon abusive les libertés fondamentales sans bénéfice réel et avec des coûts considérables 10/n

Ceci s’expliquerait d’une part par l’intérêt que verraient les médias à alimenter la peur et par les intérêts financiers des firmes pharmaceutiques (qui financeraient les experts et influenceraient les politiques via des bureaux d’experts) 11/n

Bien que de nombreux intervenants soient interrogés, on remarquera que la thèse du film n’est jamais soumise à un regard critique 12/n

Par exemple, peut-on imaginer que les politiques soient exclusivement influencés par les intérêts des Pharma alors que d’autres secteurs, tout aussi puissants (commerce, Horeca) sont durement touchés? Sans parler des coûts énormes pour les finances publiques? 13/n

Le film fait beaucoup d’insinuations mais n’articule jamais exactement la nature du complot. C’est ce qui fait sa force. Il s’agit de nourrir le doute et chacun peut faire fonctionner son imagination pour construire le scénario le plus plausible, “relier les points” 14/n

Comme dans les images de notre enfance où il y avait des points numérotés et que la figure émergeait naturellement 15/n

Voir https://twitter.com/DrShaneRRR/status/1294505241145008133

Le film utilise des métaphores guerrières et se termine par “il va falloir la reconquérir, la liberté”. On peut y lire un appel à la violence déguisé (même si ce n’est pas l’intention de l’auteur). Dangereux donc 16/n

Un passage assez marquant montre @vanranstmarc expliquer sa stratégie médiatique. Ce passage est assez intéressant et je m’y arrête un peu 17/n

Le fait qu’il rende compte des financements dont il dispose de l’industrie Pharma est vue comme une démonstration que sa stratégie médiatique vise à “faire peur à la population” pour engraisser les Big Pharma 18/n

On n’envisage pas 1 autre possibilité: 1/ Van Ranst fait preuve de transparence en mentionnant ses possibles conflits d’intérêts et 2/ si une stratégie médiatique est nécessaire, c’est parce qu’il est intimement convaincu du danger que font peser les pandémies 19/n

Ceci illustre combien le raisonnement est biaisé: tous les faits sont interprétés à l’aune du complot ou de la corruption sans considérer d’autres interprétations possibles 20/n

Du coup, même si on n’en connaît pas exactement les contours, la conclusion, qui est en fait le préalable de toute l’analyse et a guidé la présentation des faits, est inévitable. 21/n

Intéressant aussi que la conférence en question a été prononcée à #ChattamHouse présentée comme un “think tank” très influent. Ceci peut aisément titiller l’imaginaire complotiste (groupe de Bilderberg etc.) 22/n

…en outre comme les #bigpharma sont des sociétés multinationales, faire une conférence en anglais, dans ce parterre d’ “élites” fait aisément penser à une démarche conspirationniste. 23/n

A contraster avec les petites associations qui ont pignon sur rue, comme initiative citoyenne (une association anti-vaccination), dont l’une des fondatrices est interrogées en direct. 24/n

Le documentaire joue donc sur l’opposition classique dans le discours complotiste entre le “simple citoyen” et les “élites”. 25/n

Autre exemple de “mauvaise” foi: comme hold-up, le documentaire condamne le confinement sans examiner de façon critique les pays, comme la Suède, où l’expérience a été tentée (et abandonnée, tant elle est désastreuse) https://youtube.com/watch?v=jTfHdcp8w-M 26/n

Il y a apparemment plusieurs erreurs…mais une qui relève de mon domaine (la psycho). Au début du documentaire, on postule l’influence de messages subliminaux communiqués par les médias /27

L’idée que des stimuli puissent influencer le comportement sans avoir été perçus consciemment ne dispose d’aucune base empirique solide. On en parle un peu dans cet article /28
Voir https://guilfordjournals.com/doi/10.1521/soco.2014.32.supp.12

Malgré les critiques ci-dessus, je pense que le documentaire pose qqn questions. Par exemple, j’avais aussi exprimé mes craintes quant à la symbiose entre peur et médiatisation: https://nous-et-les-autres.blogspot.com/2020/03/psychologie-sociale-du-coronavirus.html

…ou la présence de consultants privés dans les réunions du Gems. /30

En réponse à ceci, je vais maintenant expliquer s’il s’agit d’un documentaire compotiste /31

Quelles sont les caractéristiques du complotisme? Prenons Moscovici (reprenant Taguieff), qui cite 4 caractéristiques. /32

. Rien n’arrive par accident. Tout est le résultat d’intentions occultes /33

Le documentaire regorge d’exemples de ce type. Les experts payés en sous-main, le fait que la presse change son discours à l’approche du CNS, etc. /34

2. Rien n’est tel qu’il paraît être. Les apparences sont trompeuses. /35

Ici, également, le documentaire est une tentative de dévoilement des apparences. Des gens qui se présentent comme bien intentionnés cherchent en fait à instrumentaliser votre peur pour des raisons vénales. /36

3. Tout es lié mais de façon occulte. Et si tout est lié, on peut donc expliquer jusqu’au moindre événement à partir d’une cause unique /37

Ici, comme je l’ai dit la nature même du complot n’est pas clairement expliquée mais il semble qu’une cause unique (“nous vendre des vaccins et se remplir les poches”) qui explique de nombreux événements mentionnés dans le doc y ressemble beaucoup. /37

Remarquons que le fait que le documentaire soit complotiste n’implique pas qu’il n’y ait pas complot. Ce sont deux questions différentes /38.

Voici l’article de Moscovici: https://rips-irsp.com/articles/10.5334/irsp.432/ en anglais et dans sa version originale française dactylographiée: https://doi.org/10.5334/irsp.432.s1 38/n
3 pas 4 caractéristiques, désolé! 39/n

Dans le discours complotiste, ces caractéristiques sont posées à priori et orientent toute l’interprétation 40/n

Ce qui les différencie d’une enquête judiciaire ou journalistique qui dévoilerait un véritable complot en ayant examiné plusieurs interprétations possibles /41

Parmi les éléments découverts depuis, la référence à une figure d’extrême-droite, comme Simone Gold, médecin américain, qui a participé à l’attaque du Capitole. Voir le billet de Daniel Tanuro ci-dessous /42.
https://www.facebook.com/vincent.yzerbyt/posts/2819955701585626

De même, les manifestions anti-lockdown en Allemagne sont présentées favorablement en oubliant de mentionner qu’elles ont été organisées par des mouvements d’extrême-droite 43/n.

A suivre