14:51En Allemagne, 2.500 médecins s’organisent avec des avocats pour dénoncer la narration officielle de l’épidémie


 

Quatre personnes assises derrière une table brandissent un livre. Derrière elles un logo. Le réalisateur ne nomme aucun intervenant, aucune organisation, aucune date. De quelle réunion s’agit-il ?  Quel est ce livre ?  Qui sont ces personnes ?  Quel est le sens de cette séquence dans le documentaire ? Cherchons ensemble en commençant par la vidéo originale de ACU2020.orgd’où provient ce passage.

La réunion

Nous sommes à Berlin, le 1ier août 2020, lors d’internationalisation de la Außerparlamentarischer Corona Untersuchungsausschuss (ACU). Ce groupe allemand s’autoproclame “Commission extra-parlementaire d’enquête” sur le Coronavirus. Si le Parlement ne le fait pas, alors nous, les citoyens, sommes appelés à le faire nous-mêmes, disent-ils“. A la même époque, l’Express (28/07/2020) s’inquiète:  l’ACU, ce collectif de médecins allemands qui minimise le Covid-19

L’ACU, est liée à l’association allemande, Ärzte für Aufklärung, “Médecins pour la Vérité”. “La vérité” consistant ici à nier le danger de la pandémie, à mettre en garde contre les masques, les vaccins…

D’autres organisations du même type sont créées au même moment dans divers pays. Par exemple “Médicos por la Verdad” en Espagne ou “los Epidemiólogos Argentinos” (qualifiés de médecins négationnistes ici ou ici). Ces diverses organisations prévoient de se coordonner au sein d’une grande alliance, la WFA, pour “World Freedom Alliance”.

Ce 1ier août, avait également lieu une grande manifestation “anti-masques” rassemblant divers mouvements, comme l’indique Heiko Schöning, dans son introduction.

Si nous ne savons pas d’où vient le chiffre de 2.500 médecins (mentionné dans le film), jetons un œil sur le panel.

Les intervenants, de gauche à droite:

Gaston Cornu Labat

La journaliste GiseIle Leclercq (27/08/2020) s’est penchée pour Noticias (Argentine) sur les “Médicos por la verdad Argentina”. Nous recrutons, disent-ils,  des soldats numériques pour rejoindre notre armée de la vérité et de la vie. Nous pensons que la vérité sur cette pandémie n’atteint pas la population.

Parmi ces médecins, Gaston Cornu Labat, chirurgien, spécialiste en médecine intégrative est argentin et vit en Espagne, il défend l’utilisation de l’hydroxychloroquine et considère Trump et Bolsonaro comme des références. 

Lors de son séjour aux USA, il a co-écrit PNT Pain Neutralization Technique: An Unprecedented Revolution in Pain Management dont on lira avec intérêt les commentaires des acheteurs.  “Unprecedented”, le terme semble exact.

Le Dr Heiko Schöning n’a plus exercé la médecine depuis près de 20 ans. N’ayant aucune publication  scientifique à son actif, il peut difficilement être considéré comme expert en  virologie. Il fonde l’ACU Ie 31 mai 2020 à Stuttgart. Il est un des fondateurs de la World Doctors Alliance, un collectif relayant des thèses conspirationistes, indique RFI (13/11/2020 Charlatans en blouse blanche ), il est également membre du mouvement “Querdenken711″‘ soupçonné par les autorités allemandes de «tendances extrémistes» , ou encore de l’association Médecins pour l’éducation,qui invite les professionnels de la santé à rédiger des certificats visant à éviter le port du masque.

Dès le début de la pandémie, le Dr Natalia Prego Cancelo mène de nombreuses actions contre les masques.  Déjà le 22 mars 2020, Matilda.es attire l’attention sur le danger de ses déclarations et revient sur le sujet le 3 juin: “Mensonges et allégations sans preuve scientifique de la vidéo de Natalia Prego et d’autres médecins présumés contre l’utilisation de masques

Suite à ses déclarations, Natalia Prego Cancelo fut remerciée de la clinique où elle travaillait, a des problèmes avec la commission de déontologie de son ordre des médecins. Pour y remédier, elle a lancé une demande de dons ( Au 01/03/21,  4 124 € sont récoltés sur un objectif de 10 000€ ).

Le site Hungarian Spectrum qui s’est interrogé sur l’association hongroise “Doctors for Discernment,”  dont le Dr József Tamasi est un des initiateurs. Il a deux bureaux, l’un à Budapest et l’autre à Kecskemét (…) et près de 45.000 fans sur son compte Facebook. Il promet une “thermographie sans douleur”, qui, comme je l’ai découvert, est normalement utilisée pour détecter le cancer du sein, bien qu’elle ne soit pas fiable. Aux États-Unis, par exemple, il n’a pas l’approbation de la FDA pour être utilisé comme outil de diagnostic autonome pour détecter le cancer du sein. En fait, l’année dernière, la FDA a émis un avertissement, disant que “Il n’existe pas de données scientifiques valables pour démontrer que les appareils de thermographie, lorsqu’ils sont utilisés seuls ou avec un autre test de diagnostic, sont un outil de dépistage efficace pour toute condition médicale, y compris la détection précoce du cancer du sein ou d’autres maladies et états de santé”. L’une des procédures qui suit généralement un inquiétant balayage thermographique, qui montre des modèles de chaleur et de flux sanguin près ou à la surface du corps, est le nettoyage. Tamasi semble se spécialiser dans “l’élimination des déchets dans le corps”. Si l’on a un désir ardent de découvrir la nature exacte des “déchets”, le bon docteur en donne une description en anglais. On y trouve également (en anglais) des informations sur la bonne administration de cures de soupe, comprises.”

… avec des avocats

Le réalisateur ne nous donne aucune informations sur “ces avocats”. Nous en sommes réduits aux conjectures: serait-ce Reiner Fuellmich? Ce juriste allemand  qui prétend démontrer, dans une longue vidéo, que la crise du Covid-19 ne serait qu’une manipulation.

Et le livre ?

Les quatre intervenants brandissent un livre que l’on voit en gros plan à un certain moment. De quel ouvrage s’agit-il?

Corona Fehlalarm? est un livre écrit par Sucharit Bhakdi et sa femme Karina Reiß. On trouve la version anglaise du livre sur Internet. Sucharit Bhakdi collabore également au blog Rubikon News, dans lequel des articles complotistes apparaissent à de multiples reprises. On y lira par exemple que le sida n’est pas une infection chronique due au virus HIV.

Bhakdi estime que la pandémie n’est pas dangereuse, sauf pour quelques personnes de certains groupes à risque. Il n’y aura pas de “deuxième vague” après la pandémie du printemps 2020. La vaccination contre le nouveau virus Covid-19 n’est pas nécessaire et est de toute façon trop dangereuse.

Terminons par une bonne nouvelle : pour son livre et sa minimisation non scientifique de la pandémie de COVID-19, Bhakdi a reçu en Allemagne la « médaille d’or du plus grand gourou 2020 »

 

Grompf, Peter Zegers & Veehem

 

Références additionnelles