Poursuivons nos rencontres avec certains “experts” invités à s’exprimer dans le film.

36:58 – Réalisateur: J’ai rencontré le Docteur Pascal Sacré intensiviste à l’hôpital civil de Charleroi.
Il a suivi une formation universitaire sur les états de conscience et l’hypnose.

Dr Sacré : “Moi je dirais – et encore, c’est le médecin qui parle – ces états de stress dans lequel on maintient la population sont capables d’engendrer – et encore une fois, source à l’appui – plus de problèmes de santé, ou aggraver des problèmes de santé que le Covid. Le système immunitaire en particulier est très sensible à la peur.

Le Dr Sacré confond angoisse, peur et effroi, pourtant un classique depuis plus de cent an (1)

  • L’angoisse désigne un état caractérisé par l’attente du danger et la préparation à celui-ci, même s’il est inconnu. L’angoisse n’engendre pas de névrose traumatique, elle va jusqu’à protéger contre l’effroi. On pourrait dire que les premiers temps de l’épidémie et son lot d’inconnu étaient angoissants.
  • La peur suppose un objet défini dont on a peur. Le fait que l’objet, le virus, ses modes de contaminations et de protection deviennent de plus en plus identifiables entraîne une certaine peur qui n’a rien de négatif, car c’est elle qui nous permet de nous protéger.
  • L’effroi désigne l’état qui survient quand on est précipité dans une situation dangereuse sans y être préparé. Nous sommes surpris, tétanisés, incapables de prendre des décisions. Il est important que nous soyons protégés au maximum de l’effroi d’autant qu’il est traumatogène de part son aspect effractant.

Des rats et des hommes

Dr Sacré : Et je dirais même que s’ajoute un autre élément -et là, c’est un autre élément qui m’a vraiment tétanisé et fait réaliser que là, il se passe quelque chose, cette peur est accompagnée d’une inhibition de l’action. Ca, c’est un élément psychologique qui a été mis en évidence par Pavlov et Henri Laborit. Ils ont fait des expériences avec des rats par exemple. On sait que quand on prend quelqu’un et qu’on le stresse, celui qui sait s’en sortir, c’est celui qui sait agir sur ce stress. Donc soit passer dans une autre cage soit même si on met deux rats, agresser l’autre rat. Tant qu’il sait faire autre chose, il va s’en sortir et survivre. Si on empêche aux gens de faire quelque chose … Et qu’est ce qu’on a fait? On les a confiné, on les a empêche d’agir par rapport à ça: attendez, attendez, attendez. C’est une inhibition de l’action. Donc à cette peur, s’associe la pire chose, c’est l’inhibition de l’action. Et ça, tous les psychologues, tous les psychopathologues vont vous le dire. Quand quelqu’un a peur, il est capable d’accepter tout et n’importe quoi

En comparant l’humain au chien (Pavlov) ou au rat (Laborit) on en reste à de la psychologie élémentaire, aux modèles des conditionnements qui sont à minima incomplets si pas relevant de théories scientifiques « complètement écartées (…) depuis trente ans »(2). Les choses sont éminemment plus complexes.

Complotiste?

Plus tard, après un autre moment d’interview, le réalisateur nous dit que Pour avoir dit ce qu’il pensait sur les réseaux sociaux, Pascal Sacré est licencié du grand hôpital de Charleroi pour faute grave. On lui reproche ses opinions, non seulement sur la gestion de la crise, mais aussi sur d’autres sujets polémiques pour lesquels certains le taxeraient volontiers de complotiste. Le licenciement sec du Dr Sacré est une preuve de plus que le discours dominant ne tolère aucune voix dissidente, même les plus dévouées.

Quels sont ces autres sujets polémique? Nous renvoyons le lecteur à l’article que lui consacre Galtee sur Citizen4science. On y lit différentes déclarations relatives au Covid, dont ses interventions dans le film “Hold-Up” mais également le fait que le Dr Sacré partage depuis un certain temps ses idées « alternatives » sur des sites complotistes tels Mondialisation.ca  ( de nombreux articles depuis 2009, par exemple à propos de ceux qui croient à la version officielle sur les attentats du 11 septembre) ou Le Grand Soir (depuis 2010 , notamment sur les vaccins).

Veehem

 

(1) FREUD S., 1920, Au-delà du principe de plaisir

(2) CHARON J-E., 1983, L’Esprit et la Science : Colloque de Fès, Paris, Albin Michel.