13:56 “La déclaration de Great Barrington est signée par 40 000 professionnels de la santé. Ceux qui critiquent les mesures sont loin d’être des charlatans. C’est le gratin de la science mondiale. Des Prix Nobel, des anciens ministres ou directeurs de la santé, des députés… La fronde vient de Yale, Harvard, Standford, Barcelone, Carolinescamp, Oxford… La plupart relégués aux réseaux sociaux et aux médias alternatifs

Le Dr Sunetra Gupta apparaît à l’écran lorsque nous entendons “Oxford”, prestigieuse université s’il en est. Mais qu’en est-il du prestige de notre invitée?

L’image est tirée d’un entretien du 21 mai 2020 entre Le Pr Sunetra Gupta et  Freddie Sayers lequel a créé une chaîne Youtube (LockdownTV) ,  en mars 2020 au sein du magazine numérique UnHerd.

Le Pr Sunetra Gupta est bien enseignante en épidémiologie théorique à l’université d’Oxford. Elle a par ailleurs mené,  de 2010 à 2015, un programme de recherche  sur les vaccins  au sein de l’Oxford Martin School. Et sa thèse concerne l’hétérogénéité et la dynamique de transmission des maladies infectieuses. Elle a également écrit plusieurs romans.

Le Pr Sunetra Gupta est effectivement une des initiatrices de la Déclaration de Great Barrington.

Nous ne reviendrons pas sur l’article déjà consacré à cette initiative et notamment au fait qu’elle fut parrainée par l’American Institute for Economic Research (AIER), groupe de réflexion libertarien, lié aux grandes entreprises (pétrolières notamment) et dont les déclarations décrivent systématiquement les risques du changement climatique comme mineurs et gérables.

Nous n’allons pas non plus reprendre ici les recherches que nous avons effectuées comme pour les autres “représentants du gratin de la science mondiale”. Nous nous contenterons de monter la différence entre notre réalisateur qui dit mener un travail d’enquête et une authentique enquête telle que réalisée par openDemocracy :

Un milliardaire conservateur a financé une scientifique spécialiste de l’immunité collective qui a déconseillé le lockdown à Boris Johnson.

Exclusif : Le Premier Ministre Boris Johnson a exclu le confinement 24 heures après sa rencontre avec Sunetra Gupta, ce qui a entraîné “1,3 million d’infections supplémentaires au COVID”.

Par James Cusick & Peter Geoghegan, pour openDemocracy – 9 avril 2021

Une scientifique qui a conseillé à Boris Johnson de ne pas introduire un confinement l’automne dernier a été financée par un donateur milliardaire du parti conservateur, a révélé aujourd’hui openDemocracy.

La décision apparente de Boris Johnson de ne pas imposer le lockdown, qui, selon les experts, pourrait avoir  provoqué 1,3 million d’infections supplémentaires au COVID, fut prise 24 heures seulement après avoir rencontré l’épidémiologiste d’Oxford Sunetra Gupta.

Aujourd’hui, openDemocracy peut révéler que Gupta a reçu près de 90 000 £ de la Fondation Georg et Emily von Opel pour financer des recherches “sur la prévalence du COVID-19 dans la population” en avril de l’année dernière.

Ce financement a été enregistré une semaine après que Gupta ait suggéré, à tort, que la moitié de la population britannique pourrait déjà avoir été infectée par le virus COVID-19.

Les von Opel ont donné plus d’un demi-million de livres au parti conservateur pendant le mandat de David Cameron.

Les arguments de Gupta contre les mesures de confinement – et en faveur de l'”immunité collective” – ont trouvé un écho favorable parmi les députés conservateurs, ainsi qu’au sein du gouvernement britannique.

En septembre dernier, Gupta a donné un briefing privé en ligne au premier ministre Boris Johnson et au chancelier Rishi Sunak.

Avant la réunion, à laquelle assistait également l’épidémiologiste suédois Anders Tegnell, Boris Johnson aurait été sur le point d’ordonner un court lockdown de type “disjoncteur” afin d’enrayer la hausse du nombre de COVID, conformément aux conseils des membres du groupe consultatif scientifique pour les urgences (SAGE) du gouvernement.

Selon le Sunday Times, M. Gupta a déclaré au Premier ministre que le confinement n’était pas nécessaire et que l’immunité collective pouvait être atteinte “dans un délai de trois à six mois”.

Lors de la même réunion, le professeur John Edmunds, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, aurait déclaré qu’un lockdown immédiat était nécessaire.

Moins de 24 heures plus tard, le Premier ministre a décidé de ne pas introduire de restrictions strictes, mettant ainsi de côté ses conseillers médicaux et scientifiques officiels. La ” deuxième vague ” qui a suivi a entraîné une augmentation des infections et des décès dans tout le Royaume-Uni.

Tegnell, qui a été accusé de poursuivre une approche d’immunité collective en Suède, a refusé de dire ce qui a été discuté lors du briefing avec le Premier Ministre.

openDemocracy a demandé au Cabinet du Premier Ministre les détails de la correspondance avec Tegnell. Le département de Michael Gove a confirmé que certaines de ces informations étaient détenues, mais a refusé de les révéler car “cela affaiblirait la capacité des ministres à discuter de sujets controversés et sensibles à l’abri de l’examen public”.

Gupta a déclaré à openDemocracy qu’il n’y avait “aucun conflit d’intérêt” dans le fait que son travail sur COVID – qui critique sévèrement ce qu’elle appelle l’approche “marteau et danse” des lockdowns et des interdictions de voyage – soit financé par la fondation personnelle de von Opel.

Le professeur d’Oxford figure également parmi les auteurs de la déclaration de Great Barrington, qui préconise une “immunité collective” acquise naturellement comme solution à la pandémie. Cette stratégie a été décrite par l’Organisation mondiale de la santé comme “scientifiquement et éthiquement problématique”.

Un éminent expert en santé publique a remis en question la recherche COVID de Gupta.

Le professeur Martin McKee, ancien président de l’Association européenne de santé publique, a déclaré à openDemocracy que l’un des récents documents de recherche de Gupta – sur la réponse de la Suède à la pandémie – était “une tentative de brouiller les pistes” qui “se lit comme un texte négationniste, avec de nombreuses caractéristiques de ce genre”.

Les donateurs du parti conservateur

Georg von Opel, l’arrière-petit-fils du constructeur automobile allemand basé en Suisse, et sa femme Emily ont été des donateurs clés du parti Tory lorsque David Cameron était Premier ministre. Le couple – qui a fait son dernier don aux conservateurs en 2016 – bénéficiait d’un accès personnel à Cameron et profitait de dîners privés avec le premier ministre de l’époque et sa famille.

La fondation Georg et Emily von Opel a été créée en 2005. La fondation, qui est présidée par Georg et dont l’épouse est l’un des deux seuls administrateurs, se concentre en grande partie sur l’aide aux communautés des pays en développement par le biais d’améliorations du développement et de l’éducation des enfants, de la lutte contre la faim et la malnutrition, et de projets visant à améliorer l’accès à l’eau et à l’assainissement.

Mais en avril 2020, la Fondation von Opel a fait “un don sans restriction” de 88 332 £ à l’Université d’Oxford “pour soutenir les recherches du professeur Gupta sur la prévalence du COVID-19 dans la population”.

Plus tard ce mois-là, Mme Gupta a écrit à Georg von Opel pour lui dire qu’elle avait participé à un débat sur Channel 4 intitulé “La science peut-elle vaincre le virus ?

“J’ai essayé de faire valoir encore plus fortement que nous ne pouvons pas simplement considérer la question de la levée du lockdown dans la seule dimension de ce que cela fera à la pandémie, mais ils l’ont réduit de façon spectaculaire”, a écrit Gupta dans un courriel obtenu par openDemocracy en vertu de la législation sur la liberté d’information.

Le financement de la recherche COVID de Gupta a été décrit par un cadre dirigeant d’une ONG, dont l’organisation a bénéficié de l’argent de von Opel, comme “un départ qui suggère un objectif politique plutôt qu’un objectif ouvertement humanitaire”.

openDemocracy a contacté la fondation pour demander pourquoi elle avait financé la recherche de Gupta. Aucune réponse n’a été reçue.

Le modèle suédois

Les prévisions de Gupta sur l’état de la pandémie ont souvent été critiquées. En septembre, le même mois où elle a rencontré Boris Johnson, elle a déclaré que l’infection quotidienne de 50 000 personnes était “probablement fausse”. Ce n’était pas le cas.

Ses recherches ont toutefois souvent été citées par les membres de l’influent Covid Recovery Group (CRG), composé de députés conservateurs de l’arrière-ban qui poussent Boris Johnson à lever les mesures de confinement.

En mai dernier, le député conservateur Steve Baker a tweeté avec approbation un article du Daily Telegraph citant les commentaires de Gupta selon lesquels l’épidémie de coronavirus était “en voie de disparition” et demandant instamment que les pubs et les restaurants soient autorisés à rouvrir.

M. Baker, qui a utilisé au sein du Covid Recovery Group bon nombre des approches qu’il a utilisées lorsqu’il était président du groupe de recherche européen pro-Brexit, a cité l’implication de M. Gupta lorsqu’elle a appelé ses followers sur Twitter à signer la Déclaration de Great Barrington.

Fait inhabituel pour un document universitaire, il a été largement partagé sur les médias sociaux. L’auteure américaine Naomi Wolf, qui a été accusée de diffuser des informations erronées sur le COVID, a envoyé un message sur Twitter à ses quelque 120 000 abonnés.

Les taux de décès et de cas de COVID par habitant en Suède sont parmi les pires d’Europe. Un article récent paru dans la revue médicale Lancet affirme que “trop de personnes meurent inutilement dans un pays qui ne mène pas d’actions concertées en temps utile pour interrompre les transmissions élevées et le fardeau des décès et des maladies.”

Le professeur Martin McKee a souligné que les problèmes soulevés par l’article de Gupta sur la Suède, tels que les tests et l’interprétation des données sur la mortalité, “invalident toute comparaison”. Il a ajouté : “J’ai bien peur de ne pas trouver cela particulièrement plausible.”

McKee a déclaré que le document contenait quelques surprises. Par exemple, dans la section “Discussion”, il est dit que le retour du SRAS-CoV-2 à l’automne était “conforme aux prévisions générales”. Oui, mais pas par ces auteurs qui avaient prédit que la maladie disparaîtrait en grande partie après la première vague en raison de l’immunité existante généralisée”.

M. Gupta est également co-auteur d’un article sur la réponse de la Suède à la pandémie, qui indique que l’État nordique a suivi une stratégie d’atténuation “axée sur des approches adaptées au risque”. L’article, qui a été publié à la fin de l’année dernière, au moment où la Grande-Bretagne débattait d’un second confinement, indiquait que les décisions prises en Suède reflétaient des “priorités sociales”.

L’article, publié dans la revue Annals of Epidemiology, qualifiait la stratégie de suppression utilisée au Royaume-Uni et dans d’autres pays du monde de politique “marteau et danse” qui imposait des fermetures et des confinements et consistait en une recherche des contacts, des quarantaines et des interdictions de voyager.

L’article suédois de Gupta a été largement cité par de nombreux opposants aux mesures de confinement. Jeffrey Tucker, directeur de l’American Institute for Economic Research, groupe de réflexion financé par l’argent noir à l’origine de la déclaration de Great Barrington, a qualifié l’article de Gupta de “merveilleux et brillant“. Il a tweeté : “J’aime l’expression ‘marteau et danse’ pour décrire la façon dont la plupart des gouvernements ont abordé le C19 – par opposition à la Suède.”

[Fin de l’article]

Quand la Gestion des risques assure le Business as usual.

Bien évidemment cet article donna lieu à moultes commentaires que nous laisserons de côté pour uniquement attirer l’attention sur l’expression “stratégie d’atténuation axée sur des approches adaptées au risque” (mitigation strategy “focused on risk-tailored approaches”). Nous retrouvons chaque fois ce type de terminologie quand les entreprises veulent convaincre les gouvernements de les laisser poursuivre leur “business as usual”. Qu’il s’agisse de pollution, climat, … chaque fois les risques – soit disant à étudier soigneusement – sont minimisés ou des études “complémentaires” seraient nécessaires pour s’assurer de…  (Cfr Dark waters). A titre d’exemple et pour rester dans le domaine de l’enquête journalistique, un consortium de médias, dont Le Monde (16-04-2021) relate la guerre secrète de Philip Morris contre l’OMS et les experts de la lutte antitabac. Tout l’argumentaire tient sur la gestion des risques: il vaut mieux aider les entreprises à promouvoir des cigarettes moins nocives (et plus chères) que laisser les fumeurs avec le tabac “normal”.

Il s’agit de : « a. Installer le concept de réduction des risques comme politique publique légitime dans la réglementation du tabac. b. Asseoir la légitimité des fabricants de tabac à faire partie du débat réglementaire sur les “produits à risques réduits” (“partie de la solution”). » Et pour tout cela, Philip Morris a besoin de « trouver des alliés qui ne peuvent être ignorés » : des « messagers crédibles ».  Comment mettre en place des messagers crédibles? En créant la Fondation pour un monde sans fumée ( Le détour en vaut la peine: Foundation for a Smoke­Free World), en en confiant la direction à des scientifiques reconnus et en mettant à leur disposition un budget confortable. Ici, intégralement financée par Philip Morris à hau­teur de 80 millions de dollars pendant douze ans, soit près de 1 milliard de dollars.

On le voit, la stratégie de soutien aux scientifiques qui promeuvent la “réduction des risques” est bien connue.

Veehem

[MAJ du 10/08/2021] Dans le Times du 7 août, Tom Chivers, rédacteur scientifique de UnHerd, qualifie Sunetra Gupta comme l’exemple personnifié du “mauvais” scientifique. Elle tente de se défendre le 9 août sur UnHerd, réponse démystifiée les 9 et 10 août sur les fils Twitter de Tom Chivers et d’Atomsk’s Sanakan. Le temps fait son œuvre…